Les gens, ces êtres fascinants

who-eternity1

La SNCF et moi, c’est une grande histoire d’amour, je ne prends le train que deux fois par semaine, mais c’est pourtant une aventure toujours nouvelle… Dans le train tout est bon! En effet, cela reste le lieu idéal pour l’observation et l’échantillonnage de mes congénères:
Etape 1: Gare Part-Dieu:Traverser l’esplanade, où inévitablement se pressent divers individus plus ou moins gênants:
– Les associations pour: la sauvegarde de la planète, la protection des bébés tigres, la libération des femmes, l’élevage de tortues ninja, l’éducation des jeunes de banlieues… qui disséminent leurs agents (en général reconnaissables à leur K-Way criards), prêts à vous attraper, armer de terribles formulaires que vous devrez signer, pour le salut de votre âme. Mais pourquoi diable visent-ils les gens qui vont VERS la gare et ont donc, selon toute logique, un train à prendre?
-les mendiants, et vous découvrirez ici les replis tortueux de mon âme de démon, si tant est que les démons aient une âme, mendiants qui ont la bonne idée d’écrire le traditionnel « j’ai faim, j’ai froid, 25 enfants et une girafe à charge » dans leur langue d’origine. Indéchiffrable pour moi. Donc je peux en toute bonne conscience (ou presque) ignorer ces appels (qui demandent peut-être d’ailleurs en fait de l’argent pour financer un calendrier glamour ! ) qui ne s’adressent pas à moi.
– la foule en général et en particulier, surtout pour rentrer dans un train/tram qui a assez de retard pour rassembler les voyageurs censés prendre 3 trains…
Etape 2: le train: échantillon humain en conserve:
– le jeune rappeur: fort connu, il se remarque aisément à son usage immodéré des hauts-parleurs, afin de diffuser la bonne parole…
– la mère de Mathilda (mais si, vous savez, le livre de Roald Dahl !) : fausse blonde, un foulard rose barbie sur la tête, surmonté de lunettes de soleil, un châle rose, un sac rose, d’où elle peut sortir le porte-feuilles assorti et un paquet de chewing-gum parfum fraise (boîte rose). A un faux diamant sur le front, un autre cloué au nez. Arsenal de breloques dorées, de suspensions de médaillons et de fanfreluches. Ne pas oublier le rouge à lèvres glamour (du pourpre au rose intense, laissant des taches sur les dents) et le mâchage de chewing-gum cité précédemment, avec ouverture de bouche bruyante. et dans la version avec accessoires, ajouter la fille de 8 à 10 ans (veste de cuir de future motarde et bandeau rose) équipée du dernier téléphone pour que tout le wagon profite du tube de Leslie que l’enfant pourra, en cas de besoin, suppléer en chantant, tapant des pieds, claquant des mains ou hurlant « mec! » en rythme.
– sa voisine, l’étudiante en médecine, qui relit ses fiches en lui jetant à intervalles réguliers un regard agacé.
– la dame « classe », qui sort d’une conférence, en costume, ensemble Chanel, foulard de soie et parure complète. On ignore ce qu’elle fait en seconde classe.
– l’inévitable couple d’Hollandais, qui commentent des cartes puis harcèlent le contrôleur pendant 45 minutes pour connaître tous les trains entre Toulouse et Paris de 8h à 16h37 (« après c’est trop tard ») mais ne passant pas par Framboisy-les-Ouailles.
– le boulet (et vous le croiserez obligatoirement un jour où il n’y aura que vous et lui dans le wagon) qui passera deux heures à vous parler de l’otite qu’il a eu le mois passé sans discontinuer.
– le bébé, inutile de détailler, ils sont insupportables.
– les anciens camarades de classe, dont on aimerait bien avoir des nouvelles mais à qui on n’ose pas adresser la parole et que l’on écoute donc discrètement.
– la psychologue qui s’y croit et commence à analyser l’agoraphobie de votre voisin qui confie sans hésiter les traumatismes de son enfance à cette inconnue qui lui affirme « je comprends ».

Heureusement, il y a les fenêtres.

Publicités

~ par V. sur avril 15, 2009.

6 Réponses to “Les gens, ces êtres fascinants”

  1. Je te suggère la montgolfière comme moyen de transport privilégié 😀
    (encore que, on ne sait jamais, si une armada de putti furibards venait à nous tomber dessus à ailes raccourcies… Vaut p’t’être mieux les bébés brailleurs classiques des TER 2ème classe, remarque)

  2. Oh oui, un calendrier glamour, ça c’est l’idée du siècle. Je reconnais aussi ton ami le violeur multirécidiviste aux tympans fragiles que nous avons privé de ta compagnie, en même temps qu’on te privait, toi, de ta bonne conscience et d’un manuel de stylistique top.
    Tu as oublié les groupes complétement baroques de jeuns qui rient très fort et crient très fort et qui finalement, héé, te font oublier que demain c’est concours (blanc, encore une fois) et finalement, ces braves, sont plus philosophes qu’aucuns d’entre nous, les coincés du concepts. (oui, oui, je suis plus philanthrope que je n’ose l’avouer… ». Les étudiants qui pourraient être nous et qui dissèquent pendant des heures Harry Potter en oubliant l’artefact littéraire. Giselle, du planétarium, assise en face nous, façon parisienne en vacance, et qui s’appelle en réalité Sandrine, ou Nathalie, ou autre. Le mec qui s’engueulera avec la contrôleuse avant de nous glisser à l’oreille  » tu m’excites beaucoup », sans doute oublieux de ce que rien au monde n’est moins excitant que quelqun qui râle contre le service public…

  3. Je souris.
    Je souris en grand.

    Puis, bon courage quand même.

  4. Oui, c’est exactement ça. Un concentré de l’humanité. Et qu’est-ce que j’ai pu en croiser des mamans-à-Matilda…

    *wide sourire*

  5. Bonjour ma chère V.,

    La capacité des jeunes filles peu gâtées par la nature à s’enfermer dans leur pseudo intellectualisme et à déprécier tout ce qui ne fait pas partie de leur minuscule univers m’a toujours surpris. Je me suis toujours demandé si c’était leur condescendance et leur arrogance qui les rendaient si peu désirables ou le contraire. Peut-être qu’on pourrait en faire un sujet de concours, qui sait ? L’intérieur déteint-il forcément sur l’extérieur ? Vous vous efforcerez de livrer une réflexion construire et argumentée en vous rapportant entre autres aux artefacts de la 911.

    Heureusement que ce genre de choses n’échappe pas à la très-grande et très-terrible acuité de Vara.

    Khâgnement,
    Hulk

    P.S : Je suis désolé pour ma terminologie quelque peu simpliste et vulgaire et mon manque de conceptualisation, j’espère toutefois que mon exposé saura atteindre les très-hautes sphères de vos esgourdes.

  6. *construite bien entendu, et non pas « construire ».

    Have you learned the lessons only of those who admired you, and were tender with you, and stood aside for you? Have you not learned great lessons from those who braced themselves against you, and disputed passage with you?
    (Walt Whitman)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :