Un instant en suspension

whisperdanes2

Un thé Breakfast, les matinées de vacances s’écoulent doucement, tièdes derrière les fenêtres où le givre vient fondre, nous avons fait des gâteaux à la cannelle, nous avons plié les papiers cadeaux froissés, les aiguilles du sapin ont commencé à tomber, sèches déjà, nous avons brûlé de l’encens, nous avons lu des livres pour le plaisir, nous avons attendu que les heures s’écoulent, immobiles ou en écoutant de la musique.

Un thé blanc, je suis sortie pieds nus marcher dans l’herbe gelée et la brûlure est joyeuse comme un feu follet, parfois le ciel semble sur le point de neiger, blanc et lumineux comme lourd d’une progéniture duveteuse. Hélène a apporté de petits gâteaux au glaçage citronné, acide et sucré comme de la neige magique.

Un thé russe, chaleureux et doux, épices et orange, et des mails échangés, des dauphins sacrifiés, des lettres envoyées avec le papier à lettres satiné, des photos ratées et parler avec sa soeur par msn quand on est assises face à face. Battre un boss à la playstation et dévorer un Kundera en grignotant des papillotes, dorées et crépitantes entre les doigts.

Un thé Black Orchid, doucereux et sucré, bergamote et épices, le thé est noir dans la tasse blanche et trop vite le temps a déjà passé, les fêtes ont été pailletées, boucles d’oreilles qui cliquettent, jupe inhabituelle, et un passage chez le coiffeur, les discussions rapides et entraînées avec les cousins lointains, leur vie qui se déroule et que l’on ne suit pas, une sensation d’étrangeté.

Un thé Darjeeling, délicat et tendre, Noël est passé et les classeurs sont ouverts, mais la musique adoucit les dates trop aggressives, on rêve sur des aquarelles pâlies, sur des silhouettes qui s’effacent, sur des imaginations trop floues et chantournées, dans la fumée du thé, déjà l’opium et l’ivresse légère des inaccessibles.

Publicités

~ par V. sur décembre 30, 2008.

5 Réponses to “Un instant en suspension”

  1. J’ai envie de mettre au thé maintenant, avec de telles descriptions, je pourrais sûrement aimer…
    Tu sais quoi à quoi ressemble chaque paragraphe? A une boule de sapin de Noël, chacune exquisement ciselée. 🙂

    xoxoxo

  2. Et voilà décomposé le spectre des senteurs, ambiances, douceur et éternité d’un thé de Noël. Les tasses sont vidées, il reste à peine de quoi en remplir une autre dans la théière – un peu refroidi ; les vacances ne sont déjà plus infinies.
    J’aime bien l’image des boules de sapin de Noël, aussi, Bamboo. Mais comment peux-tu ne pas aimer le thé ? pas tous les thé, oui, mais pas un seul ?
    A présent, un thé Bagatelle, sa rondeur de figue, pour se réchauffer et garder cet instant en suspends avant l’agitation des préparatifs.

  3. Thé vert oolong mandarine ❤

  4. Non, pas un seul – tous ceux qu’on m’a forcée à boire étaient soit trop brûlants, soit trop froids, et leur parfum me donnait la nausée. Mais je le regrette, car c’est beau, une tasse de thé, et les noms eux-mêmes sont beaux.

  5. Mais oui le thé russe est pour le boss , que nous avons envoyé au goulag , par notre ( ok ta ) toute puissance dragonnesque . Mais je lui aurais ajouté la tonalité douce amère , qui m entraine irrémédiablement dans l infidélité .. Nooon épargne moii !!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :