Bleu


Tree
Bleu. Le rectangle de la fenêtre semblait découpé dans un ciel lavé, à l’azur pur, intense, presque effrayant, uni, bleu de tout côté, sans aucune trace de mouton nuageux pour atténuer l’éclat de l’électre céleste. Les yeux brûlés par la vision de l’absolu dans la couleur, Ariane se retourna vers la tableau, noir. Le prof parlait, encore. Alceste a tort, il faut être bon… encore de la morale. La classe bourdonne doucement, tout est calme et de temps en temps on entend le bruit d’un avion qui traverse l’horizon. A-t-on idée de faire cours en juin, quand le Parc de la Tête d’Or est à deux pas et que l’on rêve d’après-midi passées allongé sur un gazon chauffé par le soleil, somnolant les yeux perdus dans l’éther. Il fait si beau. On pourrait facilement passer une journée blotti dans le creux des branches d’un arbre, un livre à la main, un livre facile et gentil où la nature chante, où l’on vit: Claudine si frémissante, si vive et si vraie, Simone de Beauvoir qui rencontre dans les champs et Dieu et la vie totale, englobante, particule dans la joie de l’instant. Et le temps s’écoulerait lentement, paisiblement, pour nous mener sans secousser vers le crépuscule, le moment où le turquoise du ciel s’approfondirait et que son velours se piquetterait de pépites argentines. Et Ariane pourrait rentrer chez elle, sous le ciel, les yeux détachés du livre et dans le vague, savourant le monde.
DRRIIINNG. Fin des cours. Ariane rangea ses affaires et sortit un livre, puis déjà prise pa la douceur de l’air et l’instant léger, elle se dirigea vers le Parc de la Tête d’Or.

Publicités

~ par V. sur mars 28, 2008.

2 Réponses to “Bleu”

  1. Jolie prose, une plume poétique, riche et délicate à la fois. Je suivrais bien Ariane au Parc de la Tête d’Or. Merci pour cette parenthèse onirique. Magnifique. Extatique.

  2. Je sais que cela ne se fait pas, grignoter une ou deux expressions et laisser le reste pour miettes. Mais je me suis déjà rassasiée à grandes rasades d’électre céleste et de pépites argentines. J’en glisserais bien subrepticement dans ma poche pour mes voyages.Sûr que les pépites argentines garderont leur croustillant, c’est de l’or en barre.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :