Divers

Décidément je manque à tous mes devoirs en négligeant ce blog durant les vacances, période où je devrais pourtant avoir du temps à foison, mais non, c’est en ce jour de rentrée que me revoilà. Et j’ai si peu à dire que je ne suis pas convaincue du bien-fondé de cet article. Vous ferez avec. Tenez, une nouvelle sans intérêt pour vous, je viens de retrouver l’un de mes blogs, que j’avais « perdu » il y a plus d’un an, cela fait bizarre de perdre un blog comme on perd une chaussette. Enfin, je suis contente de l’avoir retrouvé.
Falling

Sinon, une petite interrogation: pourquoi prenons-nous des photos? Quelles sont les conséquenses de cette innocente habitude?
Raison 1: Pour immortaliser un moment, afin de pouvoir s’en souvenir, se rappeler un bon moment entre amis
Raison 2: Pour la beauté d’une photo, soudain devenir maître d’une beauté, celle d’un paysage, d’une scène, avoir ce pouvoir, car …
Raison 3: Prendre des photos équivaut à égaler soudain Dieu, me voici devenue le créateur, je possède la beauté de mon objectif photographique, je peux la créer par une prise de vue. Et mieux encore, j’échappe au temps, j’atteins soudain l’éternel, car la photo n’est-elle pas faite pour durer? Si les couleurs d’une photos imprimée peuvent pâlir, en revanche leur pendant numérique ne sera jamais perdu. Je parviens à vaincre l’éphémère par la photo, je peux voir et revoir une scène qui n’a pourtant eu lieu qu’une fois. Je deviens maîtresse du temps, de la beauté, et tiens, mais oui, de mes sujets, M. Tournier, enfin Abel Tiffauges le dit:

« J’ai toujours aimé photographier, développer, tirer, et des mon installation au Ballon j’ai transformé en laboratoire une petite piève facile à obscurscir et pourvue d’eau courante. Je mesure aujourd’hui à quel point cet engouement était providentiel, et comme il sert bien mes préoccupations actuelles. Car il est clair que la photographie est une pratique d’envoûtement qui vise à s’assurer la possession de l’être photographié. Quiconque craint d’être « pris » en photo fait preuve du plus élémentaire bon sens. C’est un mode de consommation auquel on recourt généralement faute de mieux, et il va de soi que si les beaux paysages pouvaient se manger on les photographierait moins souvent.
Ici s’impose la comparaison avec le peintre qui travaille au grand jour, par petites touches patientes et patentes pour coucher ses sentiments et sa personnalité sur la toile. A l’opposé, l’acte photographique est instantané et occulte, ressemblant en cela au coup de baguette magique de la fée transformant une citrouille en carrosse, ou une jeune fille éveillée en jeune fille endormie. L’artiste est expansif, généreux, centrifuge. Le photographe est avare, avide, gourmand, centripète. C’est dire que je suis photographe-né. Ne disposant pas des pouvoirs despotiques qui m’assureraient la possession des enfants dont j’ai décidé de me saisir, j’use du piège photographique – et je me hâte de préciser qu’il ne s’agit nullement d’un pis-aller. Quoi que l’avenir me réserve, je garderai l’amour de ces images brillantes et profondes comme des lacs où je fais certains soirs des plongées éperdues. La vie est là, souriante, charnue, offerte, emprisonnée par le papier magique, ultime survivance de ce paradis perdu que je n’ai pas fini de pleurer, l’esclavage. L’envoûtement et ses pratiques exploitent déjà la possession mi-amoureuse mi meurtrière du photographié par le photographe. Pour moi l’aboutissement de l’acte photographique sans renoncer au prestige de l’envoûtement va plus loin et plus haut. Il consiste à élever l’objet réel à une puissance nouvelle, la puissance imaginaire. L’image photographique, cette émanation indiscutable du réel, est en même temps consubstantielle à mes fantasmes, elle est de plain-pied avec mon univers imaginaire. La photographie promeut le réel au niveau du rêve, elle métamorphose un objet réel en son propre mythe. L’objectif est la porte étroite par laquelle les élus appelés à devenir des Dieux et des héros possédés font leur entrée secrète dans mon panthéon intérieur.
Dès lors il est clair que je n’ai pas besoin de photographier tous les enfants de France et du monde pour satisfaire ce besoin d’exhaustion qui est mon tourment. Car chaque photo élève son sujet à un degré d’abstraction qui lui confère du même coup une certaine généralité, de telle sorte qu’un enfant photographié, c’est X – mille, dix mille – enfants possédés… »

En réalité la fin du texte ne concerne pas notre question, mais j’aime trop ce texte pour l’amputer. Et il nous permet d’ailleurs, en l’exprimant parfaitement, de passer à la raison suivante.
Raison 4: Comme cela est dit au-dessus, pour transfigurer le réel, pour transformer notre médiocre réalité en une abstraction supérieure. Et pour en dire un peu plus, pour s’extraire soit même de cette réalité poisseuse. La photographie devient l’incarnation, la représentation de l’idée, du concept de l’objet photographié. Quoi de plus mystique?
Objection (votre Honneur): Mais la photo graphie peut avoir ses effets négatifs: à trop vouloir posséder un monde éternel dans le futur, on oublie de le croquer, de le vivre à l’instant où il existe, qui est le seul moment où il est entier. Plus tard la photo ne pourra qu’en rendre une parcelle. Ainsi à ne vouloir rien perdre le photographe finit par ne plus vivre, à vouloir trop posséder il perd tou. Qui trop embrasse, mal étreint. Et qui cherche à vivre de concept et d’idée ne peut vivre réellement.

Bon c’était une petite réflexion sur la photo, mais et vous pourquoi prenez-vous des photos?

un article sur la photographie et son sens

Publicités

~ par V. sur janvier 7, 2008.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :