Vide

Un vide et il n’y a que ce gouffre
Il n’y a que le gouffre d’ébène de ton souvenir
Il ne reste qu’un cri sans devenir
Qui résonne dans ce triste gouffre.

Un vide et le ciel sans étoiles reste immobile
Il n’y a que le ciel morne du présent
Il ne reste qu’un gris de permanent
Qui recouvre les vagues inutiles.

Il n’y a plus que ces ombres qui passent
Il n’y a plus que ton ombre qui me fracasse
Il n’y a plus que l’ombre immense du monde.

Et par-dessus l’épaule ta silhouette découpée
Et par-dessus les voix ton rire détaché
Et par-dessus moi, mélancolique, le monde.

Publicités

~ par V. sur novembre 19, 2007.

3 Réponses to “Vide”

  1. Très beau texte… Si triste mais si vrai.

  2. Superbe… Superbe cette écriture dépouillée, qui ne s’encombre pas de fioritures, comme une vie dénudée, si authentique, si émouvante… Et qui retentit comme une blessure familière. Je reviendrais, c’est sûr. Merci d’avoir lu mes quelques textes ^^

  3. j’aime beaucoup
    je travaille souvent
    sur le rien

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :