Haïkus au soleil

 Givre

Ou pourquoi, moi V., 1m64 n’aime pas les Haïkus.
– un haïku n’est qu’un instantané, il porte souvent peu à la réflexion, se contente d’être, de se poser en tant qu’une image, belle et immobile, mais sans fond, ou alors, uniquement apporté par le lecteur.
– Lire des haïkus en français est absurde on perd tout le rythme du haïku jamonais, quant aux haïkus occidentaux, et bien… je n’ai rien à dire, mais la forme me semble trop courte pour être véritablement porteuse au niveau du rythme.
– N’importe qui peut écrire un haïku, il ne demande ni réflexion, ni recherche poétique, ou si peu.
Petit jeu: distinguez les vrais des faux….

Givre céruléen
les branches noires
craquent

à la flamme de la lampe
j’ai grillé
mon pinceau gelé

le vent d’hiver
les rochers déchirent
le bruit de l’eau

Une forêt flamboyante
les ombres bougent
l’éclat fugace d’un écureuil.

lune froide
le gravier crisse
sous la chaussure

Publicités

~ par V. sur novembre 18, 2007.

2 Réponses to “Haïkus au soleil”

  1. Assez d’accord. Pour ce qui est des images, je préfère une bonne métaphore proustienne, c’est plus savoureux.
    Alors… je dirais que le dernier est un vrai, et le second un faux, pour le reste aucune idée, et mes deux seules suppositions sont probablement fausses !

  2. je trouve les haïkus très beaux. Pourquoi? Parce que en les lisant bien on peut percevoir un « message ». Evidemment y’en a des nuls (souvent occidentaux). Pour moi, un haîku exprime une sensation, une odeur, une vision, avec peu de mots, car il n’y a pas de mots pour exprimer quelque chose d’aussi beau qu’une étoile filante, une averse sur un lac, une lune dans la brume….De nos jours, on a plus le temps d’observer ces petites merveilles qui pourtant étaient la avant nous et le serons sans doute après. Les haîkus, lorsqu’ils sont bien écrits (et ce n’est pas chose facile) peuvent nous faire vivre l’intensité de ces moments, l’espace d’un court instant.Ce qui est bien aussi, c’est que chacun laisse une part de soi-même sur le papier en écrivant un poème. Chacun a son style propre. Je laisse donc un haîku de ma composition écrit dans un soir d’hiver:
    Le sang est rouge
    Sur la neige si blanche
    La mort est parfois si belle!
    Voila voila tu peux l’aimer ou le détester au choix
    alix

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :